Penser avec les œuvres d’art : l’exposition comme bricologie

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°10
Couverture

L’exposition Bricologie. La souris et le perroquet (Nice, 2015), dont le commissariat a été assuré par trois enseignants de la Villa Arson, un historien de l’art et deux artistes, s’inscrivait dans une unité de recherche fondée en 2013. Elle est exemplaire d’une conception de l’exposition comme recherche, développée depuis plusieurs années dans cette école d’art. La bricologie peut être conçue comme une science du bricolage, au sens de Claude Lévi-Strauss, et s’applique bien à l’art contemporain où cette pratique est particulièrement développée. Mais elle est plus encore. En tant que façon de travailler avec et non pas sur les œuvres, la bricologie apparaît, a posteriori, comme une façon de penser l’exposition elle-même comme recherche.

Mots-clés : processus — montage — pensée spatiale — anthropologie — écoles d'art

 

The exhibition Bricologie. La souris et le perroquet (Bricology. The Mouse and the Parrot, Nice, 2015), which has been curated by three teachers of the Villa Arson, one art historian and two artists, was a part of a unity of research founded in 2013. It is exemplary of a conception of the exhibition as research, developed for many years in this art school. Bricology can be conceived as a science of "bricolage", in the sense of Claude Lévi-Strauss, and can be applied quite well to contemporary art, where this practice is very current. But it is even more. As a way of working with, and not on the art works, bricology appears, a posteriori, as a way of thinking the exhibition itself as research.

Keywords : process — montage — spatial thinking — anthropology — art schools

Thomas GOLSENNE
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2017 | F