De la présence féminine et de l’acte de voir. Le regard haptique dans l’œuvre filmique de Sarah Pucill

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°0
Couverture

La fragmentation du corps féminin et sa mise en relation avec les objets quotidiens est l’élément récurrent dans les films de Sarah Pucill. Par ces procédés, ils mettent en place un univers sensoriel et discursif à l’intérieur duquel l’interaction entre les objets domestiques et les différents états et morcellements du corps féminin ouvrent sur une réflexion plus vaste autour de l’acte de voir. Ils échappent ainsi à une lecture strictement féministe et identitaire, permettant à l’observateur de mettre en jeu sa propre perception, d’intégrer le symbolisme social, l’élément discursif, autour de la question de genre dans une structure plastique perçante : le message politique devient forme filmique authentique.

Mots-clés : féminisme — tactilité — visage — regard — déconstruction

 

The fragmentation of the feminine body and its visual connexion with daily objects is a recurrent element in Sarah Pucill’s films. They establish a sensorial and discursive universe in which the interaction of such objects and several states of fragmentation of the feminine body lead to question the act of seeing. They can’t be apprehended from a mere feminist interpretation or around identity issues, but allow the spectator to invest his or her own perception, to integrate social symbolism, the discursive element, by questioning the genre at work in a striking plastic structure : the political message becomes authentic filmic form.

Keywords : feminism — tactility — face — look — deconstruction

Gloria MORANO
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2017 | F