Le classicisme, observatoire de la modernité

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°0
Couverture

La modernité ne peut se réduire à des schémas connus depuis l’antiquité, mais elle n’est pas davantage une contemplation immédiate de l’actuel. Si elle « exprime l’idée que notre temps se fait de lui-même dans sa différence, sa “nouveauté? par rapport au passé », elle suppose une projection historique qui représente le temps en une linéarité de moments révolus. Qu’elle apparaisse dans une succession de ruptures soumises au schéma du dualisme traditionnel, ou au contraire, comme un développement organique dont les transitions sont « aussi abondamment ménagées que dans l’échelle du monde animal », il s’agit pour la civilisation occidentale de penser son identité dans un effort d’analyse qui réveille ses souvenirs d’enfance.

Mots-clés : temporalité — normes esthétiques — canon — tradition antique — rationalité

 

Modernity can’t be summed up to schemas known since antiquity, nor is it an immediate contemplation of current events. If it « expresses the idea that our time has of itself in its difference, its “novelty” relatively to the past », it supposes a historical projection representing time as a linearity of bygone moments. May it appear in a succession of ruptures from a traditional dualist perspective, or on the contrary, as an organic development which transitions are « as abundantly organized as in the animal kingdom », the occidental society has, anyway, to think its own identity in an effort of analysis that wakes up its childhood memories.

Keywords : temporality — aesthetic norms — canon — antique tradition — rationality

Paul MAGENDIE
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2017 | F