Les avantages de la vantardise. Les rapports ambigus du Wu-Tang Clan avec le mécénat privé

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°13
Couverture

En 2015, Martin Shkreli, entrepreneur et mécène controversé dans le champ de la musique, a donné deux millions de dollars à l’emblématique groupe de hip-hop Wu-Tang Clan en échange de l’accès exclusif à leur nouvel album.Les deux partis ont encadré leur interaction comme une expérimentation en mécénat moderne, mais il s'agissait plus que d'un effort pour réévaluer et revitaliser un vieil et idiosyncrasique modèle de financement artistique. Leur transaction a également encouragé des réflexions sur la relation entre l'art et l'argent, sur la valeur artistique et sociale de la musique, sur les problèmes de rareté et d'omniprésence et sur les inconvénients de la reproduction de masse et de la distribution mondiale de la musique. Cet article porte sur la façon dont le clan Wu-Tang a utilisé le mécénat comme un instrument pour aborder ces problèmes et s’y frayer un chemin. Soutenant que les relations de mécénat peuvent être interprétées en termes d'échange de cadeaux, cet article explore la manière dont les artistes et les mécènes ont déplacé le rapport de force au cœur de leur interaction en impliquant activement leur public. En remplaçant les dynamiques de mécénat séculaire par de nouvelles stratégies d'engagement, ils ont affirmé leur pouvoir en attirant, frustrant et manipulant leurs fans et leurs adeptes, ainsi que les uns les autres. Cette stratégie a à la fois confirmé et ébranler leur offre pour du profit symbolique.

Mots-clés : Don stratégique — valeur culturelle — profit symbolique — argent — hip-hop

 

In 2015, controversial music patron and entrepreneur Martin Shkreli donated two million dollar to iconic hiphop group Wu-Tang Clan in exchange for exclusive access to the Clan’s new album. Both parties framed their interaction as an experiment in modern patronage, but this was more than an effort to reassess and revitalize an old and idiosyncratic model of arts funding. Their exchange also invited reflections on the relationship between art and money, on the artistic and social value of music, on issues of scarcity and ubiquity, and on the drawbacks of mass reproduction and global music distribution. This article discusses the way the Wu-Tang Clan used the instrument of patronage to address these issues and to navigate through them. Arguing that patronage relationships can be interpreted in terms of gift exchange, it explores how both artists and patron shifted the power balance at the heart of their interaction by actively engaging their audience. Replacing age-old patronage dynamics with new gestures of commitment, they asserted their power by attracting, frustrating and manipulating their fans and followers as well as each other. This strategy both validated and undermined their bid for symbolic profit.

Keywords: strategic giving — cultural value — symbolic profit — money — hiphop

Helleke van den BRABER
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2018 | F