Conjurer les images, abîmer les regards - Temps et montage chez Harun Farocki

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°12
Couverture

Nous proposons d’analyser une partie de la critique audiovisuelle que produit Harun Farocki dans ses films à la lumière de ses influences : Danièle Huillet et Jean-Marie Straub dans leur film Einleintung zu Arnold Schoenbergs Begleitmusik zu einer Lichtspielscene, le théâtre dialectique de Bertolt Brecht ainsi que le « théâtre documentaire » de Peter Weiss. Sa manière de monter les images, de confronter les temporalités, de proposer des boucles visuelles, vient corroder nos manières habituelles de voir et de nous représenter l’histoire. La critique audiovisuelle de l’iconologie politique que formule Farocki laisse émerger à la surface des images un inconscient politique optique, le refoulement d’une articulation politique du temps et de l’histoire.

Mots-clés : Brecht, Bertolt — documents — critique — iconologie politique — inconscient politique optique

 

We propose to analyze some of the audiovisual criticism produced by Harun Farocki’s films with regard to his influences: Danièle Huillet and Jean-Marie Straub in their film Einleintung zu Arnold Schoenbergs Begleitmusik zu einer Lichtspielscene, the Bertolt Brecht’s dialectical theater as well as the Peter Weiss’s "documentary theater". His way of editing images, confronting temporalities, proposing visual loops, corrodes our accustomed ways of seeing and representing history. The audiovisual criticism of the political iconology that Farocki formulates makes an optical political unconscious emerge on the surface of images, the repression of a political articulation of time and history.

Keywords: Brecht, Bertolt — documents — criticism — political iconology — optical political unconscious

Thomas VOLTZENLOGEL
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2017 | F