« L’avant-garde a bientôt cent ans », Présence Panchounette répète les Incohérents - Notes sur une reprise post-moderne

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°12
Couverture

Afin de saisir la portée de la résurgence parodique du programme des « Incohérents » (« mouvement » artistique informel de la fin du dix-neuvième siècle) dans l’exposition-canular de « Présence Panchounette » (collectif d’artistes fondé en 1969 à Bordeaux) au stand A 51 de la FIAC en 1988, ce texte se propose de préciser ce qui caractérise en propre ces deux groupes d’artistes, qu’un siècle sépare. La critique d’une grande partie des codes de l’art pratiquée par les Incohérents emprunte la légèreté, au sens philosophique que donne Milan Kundera à ce terme dans son ouvrage L’Insoutenable légèreté de l’être (1984), c’est-à-dire le rire léger qui a pour finalité de ridiculiser le sérieux des prétentions de l’art authentique. Le groupe Présence Panchounette adopte quant à lui un style parodique (que l’on peut nommer kitsch critique) qui fait jouer la négativité de la notion d’avant-garde pour la retourner contre elle (« anti-avant-gardisme »), et n’emprunte donc pas la légèreté des Incohérents (« non-avant-gardisme »). Pourtant, comme cet article le montre, les deux programmes finissent par fusionner à la FIAC en 1988 : survient alors une collusion du « pré » et du « post », lors cette reprise parodique.

Mots-clés : anti-avant-gardisme — humour — kitsch — légèreté — négativité — postmodernisme

 

In order to grasp the scope of parodic resurgence of the program of the "Incohérents" (informal artistic "movement" of the late nineteenth century) in the hoax-exhibition of "Présence Panchounette" (group of artists founded in 1969 in Bordeaux) at the stand A 51 of the FIAC in 1988, this text proposes to specify what characterizes these two groups of artists, that a century separates. Criticism of a large part of the codes of art practiced by the Incohérents borrows the lightness, in the philosophical sense given by Milan Kundera to this term in The Unbearable Lightness of Being (1984), that is to say, the light laugh which aims to ridicule the seriousness of the pretensions of authentic art. The group Présence Panchounette, on the other hand, adopts a parodic style (which can be called critical kitsch), which puts the negativity of the notion of the avant-garde into play against it ("anti-avant-garde"), and therefore does not borrow the lightness ot the Incohérents ("non-avant-garde"). Yet, as this article shows, both programs end up merging in the FIAC in 1988: there occurs a collusion of the "pre" and the "post", during this parodic repetition.

Keywords: anti-avant-garde — humor — kitsch — lightness — negativity — postmodernism

Miguel EGAÑA
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2017 | F