Terrorisme artistique : actes de langage dans l’espace public

Abstract

Télécharger Télécharger l’article
Paru dans : Proteus n°3
Couverture

Connu pour ses revendications absurdes, allant de l’éclipse de soleil à la destruction en vol de la navette spatiale Challenger, Gianni Motti est un artiste dont la démarche est moins la manipulation du réel que du public auquel ses œuvres s’impose par le biais narrativisant des médias. Il est ainsi parfois qualifié de « hacker » et même de « terroriste artistique ». Or, pour comprendre cette dernière appellation, il nous faut ériger le phénomène linguistique de revendication en concept propre à penser le discours performatif comme principe de l’action directe dans l’espace public. On peut alors relever une analogie ponctuelle entre intervention artistique et terroriste, dans la mesure où les deux définissent des cibles de l’action et s’auto-désignent comme en étant les responsables. Ce rapprochement, quelque abusif qu’il puisse être, est travaillé par les artistes eux-mêmes, lesquels s’ingénient à ressembler à des terroristes, mais ne défendent aucune autre cause que celle d’un art enfin affranchi de l’espace d’exposition autorisé.

Mots-clés : Gianni Motti — revendication — performatif — artivisme — action

 

Known for his absurd claims of responsibility, from the solar eclipse to the in-flight destruction of the spatial shuttle Challenger, Gianni Motti is an artist whose work consists less in the manipulation of reality than of the audience, to whom his works impose themselves through medias’ narrative bias. He is sometimes called a “hacker” or an “art terrorist”. To understand this last designation, the linguistic phenomenon of claiming must be conceptualized properly in order to think the performative speech as principle for direct action in the public space. A punctual analogy between artistic and terrorist action can then be pointed out, for both of them designate targets for their action and raise themselves as responsible for it. This comparison, however abusive, is worked upon by artists themselves, who take on the role of terrorists defending no other cause than that of an art at last freed from the authorized exposition space.

Keywords : Gianni Motti — claim — performative — artivisme — action

Benjamin RIADO
Directeur de publication : Bruno Trentini | Parution 2 fois par an | ISSN 2110-557X | © PROTEUS, 2017 | F